Comme il fait encore beaucoup trop froid la plupart de l'année pour se baigner dans la Moselle et les Maaren, nous montrons comment les gens préparaient leur bain à la maison : "Baignoires, bols d'eau, porte-savon...", l'exposition montre un éventail de la "toilette" en ville et à la campagne.

.Les sujets abordés vont de l'eau que l'on devait encore laborieusement puiser au puits à l'eau courante d'une salle de bains " Art déco " épurée du centre-ville de Trèves.

Ce faisant, l'exposition pose la question suivante : qui se baignait ou se lavait, quand, à quelle fréquence et pourquoi ? L'environnement urbain de Konz/Trier ainsi que l'environnement rural sont pris en compte.

.

Les références aux pratiques de lavage et d'hygiène dans les campagnes sont assez rares. Même si la figure du paysan sale et crasseux est une invention littéraire - qui a encore la force de prendre soin de son corps fatigué après 14 à 18 heures de travail en été ? De plus, avant l'introduction de réseaux d'adduction d'eau dans les zones rurales vers 1900, il fallait aller chercher l'eau au puits de manière laborieuse.

L'exposition montre qu'aujourd'hui, les gens ne considéraient pas l'eau chaude et froide courante comme allant de soi. Même lorsqu'il y avait l'eau courante, un bain chaud était plutôt l'exception - souvent hebdomadaire.

Outre de nombreux ustensiles et installations de lavage, des lavabos aux baignoires, l'exposition montre également la fabrication et la vente de savon et de savons parfumés. Parmi les points forts de l'exposition figurent des lavabos magnifiquement décorés, des pièces à thème provenant d'un ancien couvent de femmes de Trèves, ainsi qu'un lavabo provenant d'une salle de bains purement "Art déco" en marbre de Lahn qui a dû faire place à la rénovation d'un appartement dans le centre-ville de Trèves.