Baraquement du Reichsarbeitsdienst de type RL IV. La baraque a été entreposée dans l'Eifel de la fin de la guerre jusqu'à sa reconstruction à partir de 2017 et, selon la tradition orale, elle a servi de centre de contrôle pour une installation de lancement de V1.

Ce type a été développé par le Service du travail du Reich en 1934 comme baraquement pour les équipes et a été utilisé dans de nombreux camps à partir de 1937. Comme les types de baraquements comparables, il a été conçu pour être assemblé, démonté et transporté de manière rapide et économique. À l'époque, le service du travail du Reich était une force de construction qui pouvait être déployée à tout moment et en tout lieu dans le Reich allemand de l'époque. Le logement a également dû s'adapter à ces conditions de vie et de travail.

Reichsarbeitsdienstbaracke von innen


Construit de manière modulaire, tous les éléments tels que les murs, les sols, les plafonds, etc. étaient standardisés et pouvaient être assemblés dans une sorte de système enfichable à l'aide de vis. La largeur du pignon d'un module unique était de 3,30m. En fonction de l'objectif poursuivi, un nombre quelconque d'éléments peuvent être réunis. Sur le site de construction, seules les fondations ont dû être préparées, où, en fonction du terrain et des conditions du sol, des bandes ou des fondations ponctuelles ont été réalisées à partir de bases individuelles en béton. Selon la même méthode de construction modulaire, outre les baraquements d'équipage, des baraquements de cuisine, de toilettes, de salles d'eau et d'administration pourraient également être érigés.

Reichsarbeitsdienstbaracke von innen


Ce type de caserne a également été utilisé par le système national-socialiste à de nombreuses autres fins. Elle a notamment existé dans les camps de concentration, les installations de la Wehrmacht et a été utilisée pour loger les prisonniers de guerre et les travailleurs forcés. Après la Seconde Guerre mondiale, ces baraquements ont longtemps servi d'hébergement d'urgence pour les réfugiés et, comme à Trèves, d'église de secours. Avec le début du miracle économique, ces bâtiments ont été démolis pour la plupart. Aujourd'hui (2019), seuls quelques exemples de ce type de casernes existent encore, dont certains dans des musées en plein air. Traduit avec www.DeepL.com/Translator (version gratuite)